La diversité des organisations

 

I. Buts des organisations

L’action collective implique un groupe organisé d’individus qui s’engage collectivement autour d’un ou plusieurs objectifs et qui s’organisent afin d’atteindre un but commun. Leurs actions s’inscrivent dans la durée et nécessitent l’utilisation de ressources humaines, matérielles, immatérielles et financières. L’action collective permet de bénéficier des compétences de chacun, et à ce sens se justifie par une plus grande efficacité de l’action individuelle. L’organisation est de ce fait une action collective organisée qui dispose en outre, d’un statut juridique.

 

On distingue trois catégories d’organisation dont le but et l’objet social différent :

 

Organisation

Définition

But

Objet social

Entreprise

Entité regroupant des moyens humains, matériels et financiers pour produire et/ou vendre des biens ou des services dans le but de réaliser un profit.

Lucratif (réaliser un profit).

Produire et vendre un bien ou un service marchand.

Association

ou organisation de la société civile

Deux ou plusieurs personnes qui mettent en commun, de façon permanente, leurs connaissances ou activité dans un but autre que de partager des bénéfices.

Non lucratif.

Délivrer des services non marchands destinés à l’ensemble d’une population ou à ses adhérents.

Organisation publique

Administrations centrales, Sécurité sociale, collectivités territoriales et établissements publics.

Satisfaction de l’intérêt général.

Assurer les missions de services publics.

II. Gouvernement des organisations

Le gouvernement des organisations détermine les règles de fonctionnement, les modalités de gestion et de contrôle de l’organisation.

Dans une entreprise, deux modes de gouvernance coexistent :

  • la gouvernance actionnariale: les actionnaires, propriétaires de l’entreprise, contrôlent l’activité des dirigeants, ils participent aux décisions de l’entreprise et souhaitent maximiser leurs richesses ;
  • la gouvernance partenariale: les dirigeants prennent en compte l’intérêt de l’ensemble des acteurs influençant ou influencés par l’entreprise. Ce mode de gouvernance a pour objectif la création de valeur à long terme en prenant en compte les intérêts de l’ensemble des partenaires.

 

III. Structure de propriété et le contrôle des dirigeants

La structure de propriété indique à qui appartient l’entreprise. Les propriétaires sont ceux qui détiennent tout ou partie du capital. Parmi eux, on distingue les fondateurs de l’entreprise des actionnaires ou associés. Une part de capital représente donc le droit de propriété de l’actionnaire ou de l’associé sur l’entreprise.

Les dirigeants sont désignés ou recrutés par les propriétaires de l’entreprise. Leur rôle consiste à diriger, gérer et représenter l’entreprise. Cependant les propriétaires contrôlent leur gestion dans le cadre des assemblées générales notamment.

Dans le cas d’une organisation à but non lucratif, les dirigeants sont élus ou nommés par les électeurs (collectivités territoriales) ou par les membres de l’association.

IV. Nouveaux liens de travail : auto-entrepreneuriat – contractualisation

Nouveaux comportements, nouvelles tendances, nouveaux usages : le monde du travail change et de nouveaux liens de travail se développent parmi lesquels on peut citer l’auto-entrepreneuriat et la contractualisation.

L’auto-entrepreneuriat consiste pour un individu à créer une entreprise individuelle avec un statut particulier (micro-entreprise) afin d’exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale.

La contractualisation consiste à établir une collaboration sous la forme de contrat avec un partenaire. Cette relation peut être interne (contrat de travail) ou externe (contrat de prestation de services). Cette démarche de contractualisation se développe également dans le secteur public avec le recours aux contractuels non titulaires de la fonction publique.